La réalisation d’une extension de maison suit des étapes précises pour garantir la réussite de votre projet. Que ce soit une extension plain-pied, un aménagement des combles ou une surélévation de votre toiture, il y a plusieurs solutions, sauf que vous ne devez pas passer outre les règles de base pour l’agrandissement de votre maison. Voici les phases qu’il faut suivre.

L’identification de toutes les contraintes

Avant de réaliser tout projet d’extension de maison, un propriétaire est tenu de s’informer à la mairie pour l’étude de sa faisabilité. Il est contraint de consulter le PLU ou Plan Local d’Urbanisme, ce document qui définit l’orientation de la constructibilité.

Ce plan indique toutes les contraintes qu’il faut respecter pour sa future extension. il prend en compte, entre autre l’emprise au sol qui est disponible, la nature et la qualité du terrain, les limites de la propriété, les dénivelés, etc.

Il est important de noter que dans certaines communes en France, ces obligations peuvent connaître d’autres restrictions. A cette liste s’ajoute alors le choix de la couleur à adopter pour la façade ou l’utilisation de certains matériaux pour les travaux.

Concernant la demande d’un permis de construire et la déclaration préalable de travaux, ces formalités administratives dépendent de l’envergure du chantier. Un permis de construire est nécessaire si l’extension dépasse les 20m2. Si la taille du projet ne dépasse pas cette limite, le propriétaire n’a besoin que d’une déclaration préalable de travaux à déposer auprès de la mairie.

Le recours à une entreprise professionnelle

Après le délai d’instruction qui dure 2 mois, la non-réponse de la mairie signifie l’acceptation de la demande et le propriétaire peut commencer les travaux. Il faut savoir que si la surface habitable est supérieure à 150m2 après l’extension, l’accompagnement d’un architecte est obligatoire.

Même si le projet est en dessous de cette dimension, l’aide d’un professionnel en extension de maison comme un maçon qualifié est sollicitée pour la réussite du projet. Il prend en compte la forme et le volume de l’extension tout en considérant les contraintes possibles comme la façade, les menuiseries ou encore l’isolation.

La mission d’un architecte pour l’élargissement d’une habitation est définie par la loi. Elle est contraint de respecter le cahier de charges tout maitrisant les données environnementales et techniques ainsi que la suivie des travaux.

Le respect de la réglementation thermique et la déclaration de l’achèvement des travaux

Toute extension d’habitation doit suivre la règlementation thermique RT 2012, et cela selon son envergure. La réglementation dite « allégée » est pour les travaux qui ne dépassent pas les 50m2. La règle « intermédiaire » concerne les extensions de plus de 50m2 mais ne dépassant pas 100m2. Au-delà de cette limite, les élargissements doivent être conformes à toutes les exigences de la réglementation thermique.

Une fois que le chantier est terminé, le propriétaire doit déclarer à la mairie la fin de ses travaux. A partir de là, il possède un délai de 90 jours pour la déclaration aux services fiscaux.

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot bqpxed ?

Fil RSS des commentaires de cet article